Auto-école agréée par la Préfecture - N° E.14.075.0022.0
menu Inscription perm_identity
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d’intérêts.   En savoir plus   OK
Retour

La boîte de vitesses

Utiliser la boîte de vitesses :

 

Le rôle de la boîte de vitesses :

 

La boîte de vitesses n’a qu’un seul rôle : celui d’aider et de soulager le moteur. Ce n’est ni un système de freinage ni un système d’arrêt. Seule la pédale de frein peut arrêter une voiture.

Nous avons déjà vu que le moteur a une puissance limitée. Il va pouvoir « tourner » entre 0 (arrêt) et 9 000 tours par minute (selon les modèles). Ni plus ni moins. Dans ces conditions, une voiture standard serait vite limitée à 30 km/h.

Grâce à son système de pignons de dimensions différentes, la boîte de vitesses va aider le moteur en utilisant l’élan déjà acquis.

La boîte de vitesses va utiliser la puissance du moteur pour que les roues tournent plus vite et permettent au véhicule de dépasser largement les 100 km/h.

Pour faire simple : imaginez un vélo basique. Les jambes du cycliste sont le moteur du vélo. Ces jambes peuvent fournir un effort limité et donc une allure limitée. Si on ajoute au vélo un système de rapport de vitesse (pignons et plateaux comme dans un VTT), le vélo pourra aller plus vite même si les jambes fournissent autant de force. A condition toutefois que les rapports de vitesse soient passés au bon moment.

 

Ainsi, c’est l’effort combiné du moteur, de la boîte de vitesses correctement utilisée et de l’élan acquis qui permet aux roues de tourner plus vite et qui permet donc à la voiture d’aller plus vite.

Lorsque le moteur tourne trop vite et qu’il force, le conducteur « monte » un rapport de vitesse afin que le moteur tourne moins mais que l’allure reste constante ou augmente.

Quand le moteur ne tourne pas assez vite (il se rapproche de 0 tour par minute), il y a un risque de calage (arrêt du moteur), le conducteur "descend " un rapport de vitesse (rétrograde) afin que le moteur ne s’arrête pas.

Sachez enfin que plus les premiers rapports de vitesse, 1ère et 2ème vitesse, sont les plus puissants car ce sont eux qui permettent le démarrage de la voiture et sa prise d'élan. A l'inverse, les derniers rapports de vitesse, 4ème vitesse et 5ème vitesse, sont les plus faibles.

 

 

 

La grille de manipulation de la boîte de vitesses :

Il faut savoir que le levier de vitesse ne se manipule pas n’importe comment. Afin de ne pas « louper » une vitesse et risquer d’endommager la boîte, il convient de manipuler le levier selon le schéma suivant (la marche arrière peut changer suivant le modèle) :

 

 

 

 

Voici un croquis qui vous récapitule les positions de la main de la 1ère à la 4ème vitesse :

 

 

 

 

 

Entraînez-vous à l’arrêt et sans regarder le levier car la leçon continuera avec un passage de vitesse en circulation.

 

Pour la rétrogradation, c'est le même parcours en sens inverse. Voici un croquis vous récapitulant les moments de la rétrogradation et les positions de la main.

 

 

Synchroniser pieds, pédales et mains lors d'un passage de vitesse :

 

Afin de passer correctement les rapports de vitesse pendant que le véhicule roule, il est nécessaire de bien synchroniser vos mains et vos pieds.

 

Quelle est donc la marche à suivre ? :

 

Dans le cas contraire, le véhicule risque :

 

 

Passer le rapport de vitesse convenable au bon moment :

 

La boîte de vitesses est là pour soulager le moteur et l’aide à faire tourner les roues plus rapidement.

Quand le moteur tourne trop vite, il risque de s’abîmer. Il est en SUR-REGIME et ne peut faire rouler plus vite la voiture. Il « gronde ». Pour l’aider, on passe à la vitesse supérieure.

Quand le conducteur arrête d’accélérer ou freine, les roues tournent moins vite. Le moteur finit par tourner trop lentement et risque de s’arrêter (« caler »). Il est en SOUS-REGIME. Pour l’aider, on passe à la vitesse inférieure.

 

Pour s’en rappeler :

 

En général, on passe la vitesse supérieure aux alentours de 2 500 tours/min et la vitesse inférieure aux alentours de 1 500 tours/min. Mais il est préférable de passer les vitesses à « l’oreille », sans quoi vous passerez votre temps à regarder le compteur … et pas la route.

Note : Pour votre apprentissage commencez avec les indications ci-dessus. Cependant, les constructeurs conseillent pour une meilleure exploitation des rapports (écoconduite entre autres) de passer les rapports de vitesse à 1800 tr/min environ pour les véhicules à moteur diesel et 2200tr/min pour les voitures à essence.

 

Le croquis ci-dessous récapitule les zones de sous-régime et de sur-régime en fonction du rapport de vitesse :

 

 

 

Pour plus de simplicité et d'efficacité, on part du principe que la 1ère sert uniquement à démarrer. La 2ème vitesse servira à lancer le véhicule car celui-ci pèse plus d'une tonne. On la passe au bout de quelques mètres sans attendre le bruit du moteur. La 3ème vitesse, passée au bruit du moteur, permettra de stabiliser l'allure (vitesse de croisière).

 

EN VILLE :

1ère     > démarrage ;

2ème    > lancement ;

3ème    > croisière ;

4ème    > économique/écologique.

 

SUR VOIE RAPIDE

1ère     > démarrage ;

2ème    > lancement ;

3ème    > lancement ;

4ème    > croisière ;

5ème    > économique ;

6ème    > économique/écologique.

 

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Montée de rapport de vitesse :

> La montée de vitesse sert à soulager/aider un moteur qui tourne trop vite, se fatigue et surconsomme.

> On monte la vitesse lorsque le moteur "crie" (il tourne trop vite).

> En montant la vitesse, le moteur ne crie plus et le conducteur peut accélérer de nouveau et augmenter l'allure du véhicule.

 

La rétrogradation (ou rétrogradage) :

> La rétrogradation sert à soulager/aider le moteur qui tourne trop lentement et pourrait s'arrêter (caler).

> On rétrograde quand le moteur commence à trembler (il tourne trop lentement) ou quand l'accélérateur a du mal à répondre. En général, c'est ce qu'on entend après un bon ralentissement de l'allure.

> En rétrogradant, le moteur ne risque plus de caler et le conducteur peut, si besoin, ré-accélérer de manière efficace.

 

•••

Découvrez nos formations au code de la route :

Prêt à passer ton code ?
Fonce à La Poste !
JE M'INSCRIS POUR 30€ À LA POSTE
#MonCodeaLaPoste

Pour en savoir plus sur des sujets similaires :