Auto-école agréée par la Préfecture - N° E.14.075.0022.0
menu Inscription perm_identity
Ventes

Privées

Jusqu’à 250€ de réduction
Offre valable jusqu'au 31 Mai

Les principaux facteurs d'accident

  Retour

Les accidents :

 

 

Un accident de la route est dans la majorité des cas le résultat d'un choc entre un véhicule et un élément de l'environnement : un autre véhicule, un autre usager, un arbre, poteau ou animal.

Dans tous les cas, l'accident est au cœur d'un système composé de trois éléments :

  • l’homme ;
  • le véhicule ;
  • l'environnement.

Toutefois, il faut savoir que 92 % des accidents sont dus à un mauvais comportement du conducteur (négligence, inattention, fatigue, imprudence, prise de risque) lié paradoxalement à un excès de confiance.

 

 

Quelques chiffres révélateurs :

 

Chiffres :

En 2020, il y a eu 2 550 personnes tuées dans un accident de la circulation, soit une mortalité routière en baisse de plus de 20% par rapport à l'année précédente (en 2019 il y a eu 3 250 morts sur les routes de France). 

En 2020 toujours il y a eu 44 997 accidents corporels (soit 11 019 de moins qu’en 2019, où on dénombrait 56 016 accidents), qui ont causé 55 754 blessés (alors qu'en 2019 le nombre de blessés était de 70 490).

Ces chiffres montrant de nettes améliorations s'expliquent par le contexte exceptionnel lié à la crise sanitaire, qui a entraîné des mesures de restrictions de déplacements qui ont eu des effets massifs sur le trafic routier.

A titre de comparaison, encore, en 2018, il y a eu au total 58 363 accidents corporels qui ont tué 3 503 personnes. Il y a eu 72 787 blessés dont 22 187 qui ont été hospitalisés.

Malgré ces chiffres encore alarmants, il faut noter que la mortalité sur les routes est en forte baisse. En 1972, il y avait 17 000 morts et en 2002, 7500.

Néanmoins, chaque jour, près de 10 personnes meurent encore sur les routes en France (hors contexte particulier lié à des restrictions de déplacement massives).

enlightenedLes victimes sont majoritairement des conducteurs de véhicules légers et des hommes. Les hommes représentent 75 % des morts sur la route. Et 82 % des personnes impliquées dans des accidents mortels sont des hommes.

Il faut savoir que la route est la première cause de mortalité chez les 15-24 ans : ils représentent environ 20 % des décès dans cette tranche d'âge. Ce sont souvent des accidents de nuit durant les weekends à cause de l'alcool et de la vitesse.

 

Voici les chiffres de 2019 par tranche d'âge (on évite les chiffres de 2020, qui sont déformés par les confinements liés aux mesures sanitaires) :

      Age

     Tués

 %

    0-14

   66

   3 %

   15-17

   87

   3 %

   18-24

   549

   17 %

   25-44

   899

   28 %

   45-64

   794

   25 %

   65-74

   317

   10 %

  75 ans

  et plus

 

  532   16 %

 

Les usagers les plus touchés sont les personnes les plus vulnérables, à savoir : les piétons et les motocyclistes : 1 tué sur 3.

La grande vulnérabilité des conducteurs de motos vient de la combinaison vitesse importante / protection faible (pas de carosserie). Un motocycliste est tué dans 1 cas sur 2 lors d'un choc avec un autre usager.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les enfants (0 - 17 ans) meurent plus souvent en étant passagers d'une automobile (environ 55% des tués de cette tranche d'âge) qu'en tant que piétons. Le nombre de morts dans cette tranche d'âge était de 153 enfants tués en 2019 (tous modes de transport confondus). Cela équivaut à 11 enfants tués pour 1 million d'enfants dans la population française : il peut sembler étrange de raisonner ainsi, mais c'est un outil qui permet de comparer avec d'autres pays. La moyenne européenne est de 8 enfants tués par million d'enfants : la France n'est donc pas bonne élève en la matière !

enlightenedLa différence de vitesse entre deux usagers est un facteur aggravant d'accident. Plus la différence de vitesse est grande entre deux usagers lors d'un accident, entre un piéton et une voiture par exemple, plus les conséquences de l'accident seront graves.

 

 

camembert accidents

 

Sachez également que les accidents de la route coûtent environ 50 milliards d’euros chaque année à la France.

 

Circonstances des accidents, attention aux idées reçues :

Pour ce qui est de l'environnement de conduite, il vaut mieux avoir un accident en ville.

70 % des accidents corporels ont lieu en agglomération mais ils ne tuent que 28 % des personnes. Cela signifie que 2 tués sur 3 ont eu leur accident hors agglomération.

La mortalité est plus importante sur les routes départementales que sur les autoroutes. Les autoroutes sont donc des endroits plus sûrs, parce que ces types de routes sont entièrement pensées opur la sécurité, et que les accidents sont donc rares.

Pour ce qui est du lieu de l'accident (entendu comme la distance par rapport au domicile), le constat est sans appel : on meurt beaucoup plus souvent près de chez soi !

80 % des accidents mortels ont lieu dans le département du conducteur, le plus souvent lors de ses trajets quotidiens.

Autre chiffre pour illustrer le même phénomène : sur la totalité des enfants passagers tués dans des accidents de la route, 40 % le sont à moins de 3 kilomètres de chez eux. Il s'agit donc de petits trajets du quotidien, près du lieu d'habitation le plus souvent. La familiarité ne garantit donc pas du tout la sécurité !

C'est donc l'excès de confiance, qui entraîne un manque de vigilance, qui est l'une des premières causes des accidents. Et cet excès de confiance se produit plus facilement à proximité du domicile, sur des trajets familiers, à des endroits qu'on connaît (trop) bien.

Pour ce qui est du moment de l'accident (entendu comme le moment de la journée), les chiffres ne sont pas surprenants : conduire de nuit est plus risqué que de conduire de jour.

Même si le trafic est beaucoup plus faible la nuit, 44 % des tués et 34 % des blessés hospitalisés ont eu un accident de nuit. Malgré un trafic plus faible la nuit, le risque d'accident mortel est multiplié par 7.

Ceci s'explique par une visibilité réduite, mais aussi par des comportements de prise de risque qui augmentent (on est plus pressé de rentrer chez soi, on va plus vite parce que la route est libre, etc).

 

 

 

 

Les facteurs d'accident :

 

Nous allons voir que c'est encore le comportement du conducteur qui est à la source des accidents.

La vitesse est désormais le premier facteur d'accident mortel devant l'alcool : 32% des tués sont dus à une vitesse trop élevée. 1 conducteur sur 3 dépasse les limites autorisées malgré les dispositifs mis en œuvre comme les radars et les limitations ponctuelles.

L'alcool est le deuxième principal facteur avec 29 %.

La drogue est également à l'origine de 22 % des décès sur la route.

Le non-port de la ceinture de sécurité aggrave considérablement le risque d'être tué lors d'un accident : 20 % des tués n'étaient pas ou mal attachés.

enlightenedAttention à cette idée reçue : l’absence de ceinture de sécurité ne vous permettra pas de sortir plus vite du véhicule en cas d’accident. Vous risquez de très graves blessures.

 

Viennent ensuite d'autres facteurs que nous retrouvons dans les accidents :

  • la fatigue ou inattention : 10 à 20 % des tués mais la fatigue ou la somnolence est la cause d'1 tué sur 3 sur autoroute ;
  • l'usage du téléphone ;
  • la prise de médicaments ;
  • le refus de priorité ;
  • le non-respect des distances de sécurité.

 



•••

Découvrez nos formations au code de la route :

Prêt à passer ton code ?
Fonce à La Poste !
JE M'INSCRIS POUR 30€ À LA POSTE
#MonCodeaLaPoste